Presse

« la fanfare balkanique la plus talentueuse et moderne du moment » ( Nicolaus Claude, FrancoFans)

« On trinque volontiers avec ces neuf musiciens généreux, « à la vie » (ziveli, en serbe), et l’on cède à la bohème poignante de la chanteuse Suzana Djordjevic. Dixième comparse indispensable, elle nous entraîne dans les Balkans comme on les aime : conviviaux et attachants, pleins de verve et de poésie, touchés par un grain de folie qui débride les cuivres et accélère le rythme, le temps d’un périple chatoyant gravé récemment sur l’album Yashaaa… !!! Trio de bouzoukis, coup de fouet rock à la basse, violon frénétique… la sauce s’emballe et tourbillonne, et les musiciens, survoltés, terminent le set dans le public, qui en redemande. » (Anne Berthod, Télérama)

« une fanfare inclassable animant avec vivacité ce paysage sans frontières des musiques balkaniques: le Ziveli Orkestar. » (Sandrine Le Coz, Mondomix)

« Difficile en effet de résister à la bonne humeur du Ziveli Orkestar et à sa fanfare. «Ziveli, signifie «à la vie» en serbe», aime rappeler la très charismatique Suzana Djordjevic. Entourée d’excellents musiciens, cette dernière chante avec une voix sensuelle, la joie, l’amour, l’espoir, et parfois emprunte un ton plus mélancolique. L’ensemble, très cuivré, est parvenu sans mal à électriser le public et à le faire danser. » (Karène Bellina, L’Echo)

« Chaude ambiance et plaisir garanti ! » (Laurianne Lafond, La Montagne)

« Ziveli Orkestar, un détonant mélange ». – (La nouvelle République)

« Difficile de ne pas taper du pied, de lever les bras au ciel et de jeter son verre par terre à l’écoute de ces chansons excessives et passionnées. » (Django Station)

« …une musique authentique pleine d’énergie. Loin de se contenter d’interpréter uniquement des airs balkaniques, le groupe compose, réinvente, improvise à partir de cet héritage pour mieux le transcender. » (Simon Rico, Le Courrier des Balkans / Balkanophonie)

« Ziveli Orkestar, une belle bouffée de plaisir musical, incitant à la danse sur des rythmes qui ne laissent personne indifférent. » (Ouest France)

« L’époustouflante Suzana. Cette dernière, à l’impressionnante tessiture, aux couleurs vocales chatoyantes, aux pointes de poésie servis avec tendresse, langueur et charme, d’une voix chaude, s’est révélée parfaitement envoûtante au service de cette musique tzigane qui semble lui tenir de viatique. Autour d’elle, cuivres, trompettes, tubas, et saxophones ont formé une vigoureuse masse orchestrale, magnifiquement articulée, superbement servie avec une fougue constante par une guitare aux rifs attendrissants et exotiques, un violin plein de tendresse nostalgique. » (L’Alsace)

« Le Ziveli Orkestar…vogue entre cuivres infatigables et mélancolie tzigane » (Clémence Arthur, World Sound)

« … they produce a harmonic and compact total and finally, an outstanding result. They easily go up and down with the intensity and the rhythms and end up rousing up the crowd who immediately started dancing. Especially when Suzana Djordjevic appeared, the band took off. Not only due to her wonderful voice but also due to her total appearance, as she is living every single song, dancing and smiling. The crowd wouldn’t let the band go… » (Τakis Thanopoulus, mixtape)

« Das Ziveli Orkestar hat eine originäre Identität und vor allem Qualität entwickelt, die es deutlich von den zahlreichen Balkanbeat-Vertretern abhebt, die infolge eines Hypes mit dümmlich-banalen Produktionen ein paar schnelle Scheine verdienen wollten. Sie sind wahre musikalische Entertainer und unterhaltsame Musiker und entsprechend ein Garant für schweißtreibende Abende. » (FRITZ Das Magazin)

« Rythmes effrénés, pêche d’enfer, mais aussi ballades douces et mélancoliques (jamais bien longtemps !) ils ont enflammé les festivaliers conquis et comblés. Du grand spectacle, un joyeux bordel organisé, avec talent et aisance. Quel bonheur !!!!!! Cette fanfare Balkanique des plus volcanique nous a offert un moment hors du temps où rien d’autre ne semblait exister…Ils nous ont mis en transes ! Mention spéciale à la chanteuse Suzanna Djordjevic , unique élément féminin de cette formation du feu de dieu. La grâce personnifiée, un sourire, et surtout une voix qu’on n’est pas près d’oublier … » (Bruno Robert et Christine Le Garrec, a-vos-marques-tapage.fr)